De ces mystères...

Publié le par Luciiole

Pourquoi on passe tout l'après-midi à lire des citations et en relever quelques unes alors qu'on avait prévu pleins de choses remises depuis des jours à ce dimanche ?


Pourquoi ne peut pas s'empêcher de se prendre en pitié sans s'en vouloir, parfois, alors qu'on est presque à haïr d'Autres qui le font ?


Pourquoi on ne peut s'empêcher d'être sinistrement content quand les personnages du roman voient "enfin" leur superbe amour ou succès tâché dans un espéré revirement de situation ? (Mieux : un coup de tonnerre réussi)


Pourquoi croire que c'est le calme et le détachement dans les situations dificiles qu'il est préférable de symboliser, quand on pense que c'est un défaut de l'être trop, détachée ?


Pourquoi laisser dès que c'est possible le soin aux Autres d'expliquer  bien ce qui ne se fait pas, ou juste de râler, alors que c'est aussi une partie de l'enseignement ?


Pourquoi ne pas se mettre à courir comme on en a envie sur les sentiers appropriés du club, ou dans la carrière, juste parce que quelques personnes y passent ?


Pourquoi ne pas démarrer tous les jours la voiture même quand on a envie d'aller nulle part, comme le mécano nous l'a conseillé parce qu'elle est vieiiiille, et attendre de devoir dire : "ah tiens, elle ne démarre plus" ?


Pourquoi ne pas croire soi-même aux projets que personne ne peut nous faire abandonner puisque personne ne les connaît ? Morts avant d'être nés, il y'en a tant.


Pourquoi croire toujours qu'exposer ses idées et ses projets aux autres ne pourra que les abîmer, les détruire ?


Pourquoi cette peur de manquer et cette peur des fins, toujours, associées à l'envie de tout laisser d'un coup, d'euphoriser que c'est possible ?


Pourquoi encore attendre trop, et s'enjouer des miettes que le vaste trop peu sème ?


Parce que c'est comme ça que c'est agréable.


Pourquoi le trombone à coulisse est-il à coulisse ?

Pour que le son puisse "glisser" d'une note à l'autre.


Pourquoi je vous aime ? Ce n'est pas un mystère. Parce que vous êtes absolument amourables.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article