Motivations condamnables ?

Publié le par Luciiole

Partir en mission humanitaire :


Bénévole ou volontaire expatrié


Partir dans un pays défavorisé pour aider, se sentir utile, défendre une cause, parler, découvrir... Nombre d’étudiants et de jeunes dévoilent une fibre altruiste et ressentent ce besoin, estimant qu’une mission dans un cadre humanitaire leur ouvrira de larges horizons et valorisera leur cursus.

Mais partir n’est ni facile, ni anodin, et il est indispensable de se poser certaines questions avant d'entreprendre toute démarche :
  • Pourquoi partir ? Pour quelles raisons essentielles ressent-on le besoin de ce départ ?
  • Ne pourrait-on pas apporter son aide ici-même, en France, et de manière tout aussi efficace ?
  • N'y a-t-il pas confusion entre envie d'aider et besoin de se valoriser, à ses propres yeux ou face au regard des autres ?
  • Ou confusion entre envie de partir et besoin de s'évader ?
  • L'envie de partir ne cache-t-elle pas le besoin de fuir quelque chose... ou quelqu'un ?
  • Est-on sûr d'avoir les compétences nécessaires pour apporter une aide efficace ?
  • Est-on suffisamment informé et préparé pour un départ vraiment utile ?


Si c'est pour me valoriser, continuer à me chercher une place confortable devant les autres et devant mon propre jugement,
ou bien si j'ai besoin de m'évader, ce que devrait être le cas de toute personne intéressante au moins une fois dans sa vie je pense,
si c'est un moyen de fuir un inconfort, une tristesse, une souffrance ou une peur rationelle de quelqu'un,
Si je ne suis pas aussi forte que les candidats de Koh Lanta, et aussi calée que le Docteur Tenma en médecine,


Mon aide n'est alors pas valable ?

Imaginons qu'un enfant se noie devant moi sur une plage. Est-ce qu'aller le sauver si j'en ai les moyens ou même le tenter est une option si intriguante que ça ?

J'ai trouvé cette énumération refroidissante sur un site humanitaire. Parce que oui, j'y songe. Et j'ai des tas de raisons différentes d'y penser, dont à peu près toutes les raisons citées ci-dessus comme mauvaises (?) ou tendancieuses.
Reste qu'effectivement, je n'ai aucune qualification particulière pour aider les gens, je pensais benêtement qu'il devait y avoir dans le lot des choses à faire certaines pas trop compliquées, ou bien seulement aider les gens qui aident, ça jouerait...

Enfin, tout n'est pas au passé, je n'ai pas encore abandonné.

Et pour bien montrer que mes motivations ne sont pas des meilleures, j'ai une autre idée à peu près aussi ambitieuse qui n'a rien à voir avec l'aide de mon prochain.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jen 26/10/2009 11:44


hum... et c'est quoi l'autre idée ambitieuse?


Luciiole 10/11/2009 11:32


Je voulais aller au Pow Wow, aux Etats Unis. Mais l'idée dévie pour l'instant, je regarde où elle arrive.