Ça pourrait être Dieu... ^^

Publié le par Luciiole

Je tente de mettre à jour mon cahier des rêves n°3 (Je vous conseille de faire des cahiers des rêves, c'est tellement fun/émouvant/intéressant à relire, si vous tenez un peu à vos rêves et à la vie qu'ils illustrent !)

 

Et je vais vous faire partager un texte, parce que j'aime me lire un peu habitée comme je l'étais à ce moment là. Ce n'est pas si souvent, solidité oblige.

 

"9 août 2007 :

 

Ce matin j'ai voulu envoyer un message à DieuGrill pour lui dire que j'avais croisé quelqu'un de vraiment chouette.

Ça fait longtemps que je ne le tenais plus forcément au courant, parce que tous ceux que j'ai pu croiser, même ceux que j'ai fini par voir en live et fréquenter un rien de temps, je savais que ça ne durerait pas forcément.

 

Ce dernier, celui dont j'ai voulu lui parler, si. Pas forcément que j'allais pouvoir le fréquenter beaucoup, mais qu'il était génial, c'était sûr. Et ça suffit largement pour prévenir les autres gens, j'aime bien avertir les gens parfaits quand je rencontre un autre gens parfait.

 

Parfois je me demande si mon horizon n'est pas simplement ça. Connaître des gens parfaits et en profiter. C'est par trop ambitieux de tenter de le devenir aussi.

 

Je me suis rendue compte que je ne savais pas grand chose de ce garçon, en fait. Le fait est que je ne me rappelais rien de bien constructif. Juste une impression. C'est probablement dû à cette fâcheuse tendance qu'ont les bons rêves, de s'évaporer alors qu'on voudrait pouvoir les contempler encore longtemps après leur avènement.

 

Donc il m'a bien fallu réaliser que le gens chouette ne m'avait laissé le croiser que dans mon rêve. Pas seulement le croiser je crois, mais je ne suis pas sûre de grand chose, vu que malgré mes efforts j'ai n'ai pas réussi à me rappeler autre chose que sa présence diffuse.

 

Une brume apaisante. Pas de flash violent, pas de combat, pas de distance imposée par une impression de classe ou simplement de monde plus mature que le mien.

Mais je crois que c'était le cas quand même...

Pas de fossé, juste qu'il était classe et Sage. En fait, un peu comme Gaïac mais version humanoïde et même humaine.

 

Je me suis souvenue sans détails de son regard, clair, lumineux, bienfaisant. De la lumière qui n'irradiait pas seulement de ses yeux mais de lui, et plus que lui. Il aura peut-être rendu le reste du rêve blanc, peut-être que c'est pour ça que je n'ai plus souvenir du reste.

 

Je pense qu'il existe. D'un côté plus signifiant du monde. Je ne suis pas sûre de le repérer parmi une foule, mais je n'aurai sans doute pas grand mal à feindre de le voir.

 

D'où il sort ? Pourquoi est-il venu me voir cette nuit ? En plus il ne venait pas pour moi, c'était un de ces hasards qui n'existeront jamais en dehors de mes rêves, mais il s'est arrêté pour moi.

J'y ai pensé encore, aussi confusément que le souvenir que j'en avais. Je me drape facilement dans les sentiments, et celui-là n'est de loin pas le pire vêtement qu'il me soit arrivé de porter. Un peu comme la bienveillance que je connais de mes Soleils, sans la condition involontaire que j'y vois de rester digne de la recevoir. Puis oublié.

 

Et tout à l'heure, en rentrant des écuries avec mes petits, d'un coup, une main. Je n'ai pas pu déterminer la brèche par laquelle s'est échappé ce détail, je jurerai presque que le rêve l'a creusée lui-même si ça avait un intérêt de le jurer.

 

Elle s'est glissée dans la mienne, aussi douce que mes plumes, aussi irradiante que lui et pleine de promesses tenues d'avance. J'en pleure, tiens.

Ce n'est pourtant pas la sienne. Je l'aurai su. Et cela ne m'y a même pas fait penser.

C'était quelqu'un qui se doit d'exister. J'espère qu'il existe. Il a du bien à faire.

C'est comme si mon coeur prenait peur, à accueillir tant de chaleur d'un coup. J'aurai peur en temps normal, mais une indifférence égale me préserve de la réalité.

 

Pas cette fois. Je suis amoureuse d'une brume de rêve. Youhé.

 

N'empêche que cette main, je la garde. Je la garderai jusqu'à. Et même s'il ne s'agit que de moi, j'en serai épatée, de pouvoir être aussi bienfaisante pour moi-même.

Mais je ne crois pas, trop simple.

 

Tout ce que j'espère, mais c'était déjà plus que tout ça. Même en arrêtant de décapiter les espoirs. Non, il me semble que c'est bien autre chose.

 

On ne rêve que ce qu'on peut concevoir, je l'avais dit. Ça voudrait dire que je savais déjà qu'il existait.

Effroi. Effroi magique.

 

Que je n'ai pas sournoisement transformé ce quelqu'un en quelqu'un d'autre suffit à prouver sa supériorité sur les autres. Il est rare que les inconnus restent des inconnus dans mes rêves.

Soit ils sont trop simples figurants pour que je leur accorde une personnalité, ou ceux qui peuvent se vanter d'être des personnages intéressants finissent par recevoir l'âme et le corps de mes chers disparus, ou d'un de mes chers tout court.

 

Mais la lumière n'a pas besoin d'âme.

 

Reviens, main."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article